Paris Pékin Istanbul 2016

Etape du 25/08/2016
JOUR 80 - BOUKHARA - JEUDI 25 Août 2016

Journée découverte du cœur historique de Boukhara.

Surnommée la perle de l'Orient, le mausolée des Salamides (fin du 9ème), fut longtemps oublié au fond d'un cimetière, sous plusieurs mètres de sable, échappant ainsi aux destructions. Ce cube, surmonté d'un dôme compte 18 combinaisons de briques mais aucune couleur. On raconte qu'il faut en faire 3 fois le tour pour que votre vœu se réalise. Nous nous sommes gentiment prêtés au jeu.

Poursuivons notre promenade dans le parc jusqu'au Mazar Chachma Ayoub, signifiant ''source de Job''. Selon la légende, Job le prophète aurait fait jaillir une source en plantant son bâton de pèlerin. Cette eau très réputée serait censée guérir les maladies de la peau. La construction abritant la fontaine est aussi un musée consacré à l'histoire de l'eau, sujet qui sera développé ultérieurement.

Encore quelques pas et nous arrivons à la mosquée Bolo Khaouz qui se mire dans le bassin bordé d'arbres. La décoration des plafonds et les 20 piliers de bois ne laissent personne indifférent.

Rejoignons le bus en longeant les murailles de la forteresse de l'Emir et rendons nous dans une maison d'hôtes pour le déjeuner. Le plat national, le plov est en préparation. Oignons et carottes détaillés en julienne, gousses d'ail, viandes et épices mijotent dans le grand chaudron. La cuisinière rajoute une couche de raisins secs et du riz qui a déjà trempé 20mn dans de l'eau. Ils cuiront à la vapeur à la surface du premier mélange. Le gâteau servi au dessert, sera l'occasion de souhaiter un joyeux anniversaire à Claire (équipage 10).

Nous sommes tout prêt de la place Liab I Khaouz, lieu de vie et de convivialité au cœur de la vieille ville. Autour du plan d'eau, s'élèvent deux madrasas transformées en restaurant et magasins et la Khanaka Nadir Dvanberg, maison des derviches pèlerins convertie en musée. Légèrement en retrait, la mosquée Magok I Attari, longtemps cachée sous les couches de terre est devenue un hall d'exposition de tapis anciens.

Après avoir traversé les voûtes marchandes d'artisans locaux, nous arrivons au minaret Kalon, point stratégique de la ville. Appel à la prière, observatoire durant la journée, phare pendant la nuit, c'est de ce joli édifice qu'au 17ème siècle, on jetait les condamnés à mort et autres impurs. La mosquée du même nom couvrant plus d'un hectare, fut reconstruite à plusieurs reprises. L'immense cour intérieure et les galeries voûtées reposant sur 208 colonnes peuvent accueillir 10 000 fidèles. Face à elle, la madrasa Mir I Arab est l'un des plus prestigieux établissements d'enseignement spirituel musulman de l'espace post-soviétique. Une petite mosquée et un mausolée s'abritent sous les coupoles bleues.

Nous terminons cette journée sur la place Liab I Khaouz, agrémentée de jets d'eau où jadis, les porteurs d'eau venaient puiser le précieux liquide dans le bassin.